Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
Cours d'AssisesPourquoi ce site...Trouvez les Cours d'AssisesQue juge-t-on ?Quelques chiffres...Principaux "acteurs"La (les) victime(s)L'accusé(e)Permis de visiteL'Avocat généralLe Président de la CourDéroulement du procèsVidéos explicativesFormation du juryL'éventuel huis closLe Rapport introductifL'audition des EnquêteursL'audition des ExpertsL'audition des témoinsL'audition de la victimeL'interrogatoire de l'accuséL'Avocat de la victimeRéquisitions pénalesL'Avocat de l'accuséLa feuille de questionsLa feuille de motivationLa Sanction pénaleL'Indemnisation de la victimeLes voies de recoursLa jurisprudencesur la présomption d'innocencesur l'interdiction de communicationpouvoirs du Président et de la Coursur la qualité des Assesseurssur la feuille de questionssur la feuille de motivationsur le procès-verbal des débatssur le huis-closDossiers célèbresAffaire Omar RaddadAffaire Christian RanucciUne question à nous poser ?
logo avocat gd format.jpg
Sur la présomption d'innocence
A aucun moment pendant les débats, le Président, ses Assesseurs, ou les Jurés ne doivent exprimer leur sentiment sur la culpabilité de l'accusé.

La cassation est encourue si la présomption d'innocence de l'accusé n'est pas strictement respectée.

La Cour de Cassation a considéré qu'un Président qui avait observé que "s'il n'y avait pas de trace de sang dans le dossier, on ne manquait pas de mobiles" n'avait pas exprimé pour autant un sentiment au sujet de la culpabilité de l'accusé (art. 328 du CPP).


En revanche, la Cour de Cassation a considéré qu'un  Assesseur, qui avait demandé à l'accusé malentendant "s'il attendait d'être appareillé une fois qu'il serait condamné",  avait fait connaître son sentiment sur la culpabilité. La décision de la Cour d'Assises a fait l'objet d'une décision de cassation.
Cour de Cassation