Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
Cours d'Assises Trouvez les Cours d'AssisesQue juge-t-on ?Quelques chiffres...Principaux "acteurs"La (les) victime(s)L'accusé(e)Permis de visiteL'Avocat généralLe Président de la CourDéroulement du procèsVidéos explicativesFormation du juryUn livre sur ce sujetJuré, un devoir civiqueL'éventuel huis closLe Rapport introductifL'audition des EnquêteursL'audition des ExpertsL'audition des témoinsL'audition de la victimeL'interrogatoire de l'accuséL'Avocat de la victimeRéquisitions pénalesL'Avocat de l'accuséLa feuille de questionsLa feuille de motivationLa Sanction pénaleL'Indemnisation de la victimeLes voies de recoursLa jurisprudencesur la présomption d'innocencesur l'interdiction de communicationpouvoirs du Président et de la Coursur la qualité des Assesseurssur l'Avocat de l'accusésur la feuille de questionssur la feuille de motivationsur la motivation de la peinesur le procès-verbal des débatssur le huis-closDossiers célèbresAffaire Omar RaddadAffaire Christian RanucciUne question à nous poser ?
logo avocat gd format.jpg
Sur l'Avocat de l'accusé
L'Avocat de l'accusé doit-il être présent en permanence pendant les débats ?

C'est certainement préférable, mais une absence momentanée, ou une arrivée de l'Avocat dans la salle d'audience, après que les débats aient repris, ne constitueraient un motif de cassation que dans le seul cas où l'absence de l'Avocat serait "le fait de la Cour, du Président ou du Ministère public". 


Que se passe-t-il si l'accusé n'a plus d'Avocat, et que le Président de la Cour d'Assises "désigne d'office" un Avocat pour le défendre ?

L'Avocat désigné d'office par le Président peut-il lui opposer un refus, et quitter la salle d'audience, sans encourir de sanctions disciplinaires ?

La question a fait l'objet qu'une QPC (question prioritaire de constitutionnalité).


Par décision du 4 mai 2018, le Conseil constitutionnel a déclaré que le pouvoir, donné au Président d'accepter ou de refuser les motifs d'excuse de l'Avocat qu'il vient de désigner d'office, n'était pas contraire à la Constitution.
Cour de Cassation