Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
Cours d'AssisesPourquoi ce site...Trouvez les Cours d'AssisesQue juge-t-on ?Quelques chiffres...Principaux "acteurs"La (les) victime(s)L'accusé(e)Permis de visiteL'Avocat généralLe Président de la CourDéroulement du procèsVidéos explicativesFormation du juryL'éventuel huis closLe Rapport introductifL'audition des EnquêteursL'audition des ExpertsL'audition des témoinsL'audition de la victimeL'interrogatoire de l'accuséL'Avocat de la victimeRéquisitions pénalesL'Avocat de l'accuséLa feuille de questionsLa feuille de motivationLa Sanction pénaleL'Indemnisation de la victimeLes voies de recoursLa jurisprudencesur la présomption d'innocencesur l'interdiction de communicationpouvoirs du Président et de la Coursur la qualité des Assesseurssur la feuille de questionssur la feuille de motivationsur le procès-verbal des débatssur le huis-closDossiers célèbresAffaire Omar RaddadAffaire Christian RanucciUne question à nous poser ?
logo avocat gd format.jpg
Sur les pouvoirs de la Cour et du Président
Le Président de la Cour d'Assises peut prendre seul un certain nombre de décisions.

Mais dans certains cas, les décisions doivent être prises collégialement par la Cour, c'est à dire par le Président et ses deux Assesseurs.

Il en est ainsi des "incidents" (article 316 du CPP), et une décision prise par le Président seul entraîne la cassation.
Cour de Cassation
Inversement, la cassation est encourue lorsqu'une décision qui aurait dû être prise par le Président, seul (articles 350 et 352 du CPP), a été prise collégialement par la Cour, c'est à dire par le Président et ses deux Assesseurs.

Il en a été ainsi, s'agissant d'une question spéciale,  demandée par l'Avocat général, laquelle n'avait soulevé aucun "incident".