Pour une expérience de navigation complète, veuillez activer JavaScript dans votre navigateur.
Cours d'AssisesPourquoi ce site...Trouvez les Cours d'AssisesQue juge-t-on ?Quelques chiffres...Principaux "acteurs"La (les) victime(s)L'accusé(e)Permis de visiteL'Avocat généralLe Président de la CourDéroulement du procèsVidéos explicativesFormation du juryL'éventuel huis closLe Rapport introductifL'audition des EnquêteursL'audition des ExpertsL'audition des témoinsL'audition de la victimeL'interrogatoire de l'accuséL'Avocat de la victimeRéquisitions pénalesL'Avocat de l'accuséLa feuille de questionsLa feuille de motivationLa Sanction pénaleL'Indemnisation de la victimeLes voies de recoursLa jurisprudencesur la présomption d'innocencesur l'interdiction de communicationpouvoirs du Président et de la Coursur la qualité des Assesseurssur la feuille de questionssur la feuille de motivationsur le procès-verbal des débatssur le huis-closDossiers célèbresAffaire Omar RaddadAffaire Christian RanucciUne question à nous poser ?
Par principe, les débats sont publics.

Par exception, le huis clos peut être ordonné si la publicité est dangereuse pour l'ordre ou les moeurs.

La victime d'un viol, partie civile au procès, est en droit d'exiger le huis clos, mais elle est également en droit d'exiger que les débats soient publics.

Le huis clos peut être total, ou partiel, et dans cette hypothèse, n'être efffectif que pendant l'audition d'un témoin, ou de plusieurs d'entre eux.

Devant la Cour d'Assises des mineurs, s'applique la règle de "la publicité restreinte", un peu différente du huis clos, en ce qu'elle permet à certaines personnes d'assister aux débats, comme par exemple les représentants des institutions s'occupant des enfants.
L'éventuel huis clos
logo avocat gd format.jpg huis clos.jpg